Une femme portant des écouteurs, améliorant sa qualité de vie quotidienne grâce à un appareil auditif.

Entendez la différence : choisir la meilleure aide auditive

Le choix de l’aide auditive est particulièrement important pour améliorer le quotidien d’un individu atteint de troubles auditifs. En effet, cette décision aura une incidence sur la gestion et le traitement de la perte auditive. Il convient par ailleurs de respecter certaines réglementations spécifiques pour obtenir un équipement performant et bénéficier d’un remboursement de la Sécurité sociale.

Comprendre les troubles auditifs et la fonction des aides auditives

Les troubles auditifs englobent les altérations de la capacité d’un individu à percevoir les sons. Ils peuvent avoir différentes causes et manifestations, allant d’une légère perte de l’audition à une surdité totale. Dans les détails, ils peuvent notamment se présenter sous forme :

  • D’une perte auditive conductive, provoquée par des problèmes dans l’oreille externe ou moyenne liés à des obstructions, des infections, des problèmes de conduits ;
  • D’une perte auditive sensorielle, résultant de dommages de cellules de l’oreille interne ou du nerf auditif, causés par le vieillissement, l’exposition au bruit, les traumatismes, les maladies génétiques, etc. ;
  • D’une perte auditive mixte, mêlant perte auditive conductive et sensorielle ;
  • D’une surdité centrale, impliquant des anomalies dans le système nerveux central qui affectent l’aptitude du cerveau à interpréter les signaux auditifs.

Selon la situation, les aides auditives serviront à amplifier les sons, à filtrer les bruits environnants ou à régler les soucis de perception de l’utilisateur.

Quelle est la différence entre les appareils auditifs de classe 1 et classe 2 ?
Source : shutterstock.com

Les divers types d’aides auditives

Il existe actuellement différents types d’aides auditives, conçus pour répondre à des besoins auditifs spécifiques. Le choix du type d’aide auditive dépendra surtout de la nature et de la gravité de la perte auditive. Aujourd’hui, les sourds et malentendants peuvent opter entre autres pour :

  • Un contour d’oreille (CdO), qui est placé derrière l’oreille et relié à un écouteur présent dans le conduit auditif pour gérer différents degrés de perte auditive, à tout âge ;
  • Un micro-contour d’oreille (Micro-CdO), plus petit, discret et léger par rapport au CdO classique tout en traitant un vaste panel de pertes auditives ;
  • Un intra-auriculaire (IIC), placé directement dans le conduit auditif et adapté aux pertes auditives modérées ou légères ;
  • Un intra-canal (ITC) qui s’insère en partie dans le conduit auditif et convient à une perte auditive légère à modérée.
  • Une prothèse complètement dans le canal (CIC), se place entièrement dans le conduit auditif et requiert une morphologie compatible ;
  • Des aides auditives à écouteur déporté (RIC ou RITE), avec un microphone et un processeur installés derrière l’oreille et un haut-parleur placé dans le conduit auditif ;
  • Des aides auditives à conduction osseuse, contournant le conduit auditif externe et utilisant les os du crâne pour transmettre le son à l’oreille interne ;
  • Des aides auditives intra-crâniennes, qui s’implantent chirurgicalement dans le crâne afin de contourner les soucis dans l’oreille externe et moyenne.

Les patients peuvent également acquérir des aides auditives avec connectivité sans fil. Ces appareils facilitent l’expérience multimédia et la communication en permettant la connexion Bluetooth avec des appareils électroniques comme les téléphones, les PC, les téléviseurs, etc.

Le choix guidé par le professionnel : l’audioprothésiste

L’audioprothésiste joue un rôle essentiel dans le processus de sélection, d’adaptation et de suivi des dispositifs d’aides auditives. Effectivement, il est incontournable pour :

  • Évaluer la nature et la gravité de la perte auditive ;
  • Conseiller et éduquer le patient ;
  • Fournir des recommandations personnalisées pour chaque trouble auditif ;
  • Considérer le mode de vie de la personne observée ;
  • Programmer et régler les aides auditives ;
  • Effectuer un suivi régulier de l’équipement et de l’utilisateur ;
  • Assurer un soutien psychologique du patient.

Grâce à son implication, l’audioprothésiste permet de proposer des aides auditives adaptées aux besoins du patient et améliorant sa qualité de vie auditive.

Le processus d’achat d’une aide auditive : de l’examen à l’adaptation

L’examen auditif représente une étape indispensable du processus d’achat d’une aide auditive. Il permet en effet de réaliser des tests auditifs et d’étudier l’historique médical du patient. Sur cette base, le professionnel de l’audition pourra déterminer la nature et la gravité de la perte auditive ainsi que les solutions envisageables.

L’audioprothésiste proposera ensuite les diverses aides auditives disponibles, en considérant le style de vie, les préférences et les besoins de l’utilisateur. Afin d’aider le patient, il peut même procéder à des essais et à une période de test. L’individu pourra alors choisir un appareil adapté à son profil et à ses conditions de santé.

En fonction de la situation, une prise d’empreinte d’oreille peut être nécessaire pour réaliser un moulage sur mesure. L’audioprothésiste réglera ensuite l’aide auditive en se référant aux résultats des tests et aux besoins du patient. Enfin, le suivi post-achat consistera à évaluer la satisfaction du patient et à gérer les éventuels incidents techniques et autres réparations.

Coût et remboursement des aides auditives

Le coût et le remboursement des aides auditives sont soumis à des réglementations spécifiques en France. Sur le marché, les prix peuvent varier en fonction du type d’appareil, de la marque, des fonctionnalités et du point de vente. Les tarifs peuvent donc varier entre quelques centaines et plusieurs milliers d’euros par appareil. Cela dit, la Sécurité sociale prend en charge une partie des frais d’achat d’aides auditives.

De leur côté, les mutuelles santé peuvent couvrir le reste des frais non payés par la Sécurité sociale. Le niveau de remboursement dépendra, en revanche, des garanties de la complémentaire santé. Dans tous les cas, la prise en charge est conditionnée par une prescription médicale d’un ORL (oto-rhino-laryngologiste) et des appareils conformes aux consignes de l’Assurance maladie.

Depuis 2021, la réforme 100 % santé a aussi permis d’améliorer l’accès aux aides auditives avec des solutions sans reste à charge sur certaines gammes d’appareils. Il faudra seulement s’informer auprès de la Sécurité sociale concernant les dernières réglementations en vigueur dans le domaine.

A lire également