Les cigarettes électroniques : une passerelle vers le tabagisme chez les jeunes ?

L’effet passerelle vers le tabagisme alimente actuellement les débats autour de la cigarette électronique. Sans surprise, les détracteurs du vapotage considèrent que le puff habitue les jeunes aux gestes des fumeurs et à la nicotine. Les risques de tabagisme seraient donc plus importants dans ces conditions. Cela dit, il est aussi important de tenir compte de facteurs sociaux et générationnels dans ce domaine.

Émergence des cigarettes électroniques et tendances de consommation chez les jeunes

La cigarette électronique a été inventée en 2006 par le pharmacien chinois Hon Lik qui s’efforçait d’arrêter de fumer. Elle reprend donc la forme et le fonctionnement de la cigarette classique pour faciliter le sevrage. De cette manière, le fumeur ressentira moins l’absence de son rituel quotidien tout en réduisant, puis en supprimant sa dose de nicotine. Les effets du vapotage sur la santé ont alors été négligés, au profit des avantages de l’arrêt du tabac.

Cependant, le vapotage s’est démocratisé à partir des années 2010. Il s’agit même d’un véritable phénomène de mode chez les jeunes. De ce fait, les vapoteurs se sont rapidement retrouvés au centre de polémiques. Ils restent par ailleurs des produits assimilés au tabac pour les autorités sanitaires. Dans ce contexte, le « puff » a fini par être considéré comme un facteur de risque vers le tabagisme.

La cigarette électronique comme prélude au tabagisme : que disent les recherches ?

Il existe de nombreuses recherches contradictoires concernant l’effet passerelle de la vapoteuse vers le tabac. Cela dit, le débat est essentiel à la démarche scientifique. Il faudra ainsi être patient avant d’obtenir des théories communément admises. Pour l’heure, l’existence de l’effet passerelle est défendue ou remise en question par les chercheurs. Les deux camps ont toutefois des difficultés à se départager.

Analyse des études sur la transition de l’e-cigarette au tabac

Des chercheurs australiens ont défendu l’effet passerelle en utilisant les chiffres de l’étude ASSAD (Australian Secondary Students’ Alcohol and Drug). Ces données ont été recueillies de mai à décembre 2017 grâce à des questionnaires autoadministrés en milieu scolaire. Selon l’étude, 3410 élèves sur 4266 risquaient de tomber dans le tabagisme, notamment en raison du vapotage. Cette idée est cependant relativisée par les travaux publiés par Cristine D. Delnevo et Andrea C. Villanti en septembre 2023 ainsi que par Preventive Medicine Reports en octobre 2023.

Facteurs de risque associés et considérations psychologiques

Même les chercheurs australiens admettent l’existence d’autres éléments à prendre en compte dans le risque de tabagisme. Il est notamment nécessaire de considérer :

  • Les facteurs sociodémographiques (sexe, origine, entourage) ;
  • Les normes sociales (exposition aux fumeurs, au tabac, aux médias…) ;
  • L’assiduité scolaire ;
  • Le montant d’argent de poche ;
  • La sensibilisation au tabagisme ;
  • La perception des fumeurs (positive ou négative) ;
  • Le sentiment de bien-être au sein de la cellule familiale ;
  • L’usage d’autres substances.

De ce fait, le vapotage ne peut pas être tenu directement responsable du passage vers le tabagisme.

Prévention et sensibilisation : Comment contrer cette tendance ?

Indépendamment de l’existence ou non de l’effet passerelle, il convient de redoubler d’efforts en matière de prévention et de sensibilisation contre le tabagisme. Le vrai problème réside en effet dans la consommation de nicotine qui est particulièrement addictive.

Initiatives actuelles pour limiter l’accès des jeunes aux e-cigarettes

Afin de limiter l’accès des jeunes aux e-cigarettes, les pouvoirs publics interdisent entre autres la publicité et toute forme de promotion de ces produits. Ces mesures incluent l’interdiction d’utiliser un packaging attractif ou illustré. Il est aussi interdit de vapoter dans des établissements scolaires ou dédiés à la formation, à l’accueil et à l’hébergement de mineurs. D’autre part, les actions de sensibilisation sont renforcées sur l’ensemble du territoire.

Stratégies de sensibilisation : éduquer pour une prise de décision éclairée

Les stratégies de sensibilisation ont significativement évolué ces dernières années pour gagner en efficacité dans la lutte contre le tabagisme. Outre les mesures prises contre la cigarette, les autorités prévoient des démarches spécifiques contre le puff. La technique vise dans un premier temps à « ringardiser » la cigarette à combustion. Ensuite, il faudra déployer les moyens nécessaires pour rendre le vapotage encore moins attractif et moins accessible.

A lire également